Poterie LESBROS TERRE & FEU

CASTELLANE - CHASTEUIL - FRANCE

TERRE , ARGILE, GLAISE... :
COMPOSITION CHIMIQUE DES TERRES À POTERIE :


On me demande souvent quelle terre nous utilisons : de la glaise, de l'argile... ?
Pour répondre à cette question, il m'a fallu me documenter sur la composition chimique des différentes terres que l'on peut utiliser en poterie, car en fait, chacun de ces termes, que je croyais équivalents, a une signification bien précise !

Composition des terres utilisées pour faire de la poterie :

La composition de l'argile est si variable qu'elle détermine l'emploi que l'on pourra en faire. Quand on choisi sa terre, la fourchette des températures où on peut la cuire est bien indiquée. Ainsi, une terre à faïence qui cuit entre 950 et 1 150 °C par exemple, ne devra surtout pas être utilisée pour faire du grès. Car cuite à 1 300 °C, on retrouve une galette qui est collée aux plaques d'enfournement, et tout est à jeter ! (la plaque y compris !) Par contre, on peut utiliser une terre à grès pour faire de la terre vernissée ou du raku, mais les poteries obtenues auront les mêmes qualités que les poteries faites avec les terres appropriées (dites "à faïence", "à raku"...). C'est donc aussi la température de cuisson qui fait qu'on peut appeler une poterie « grès » ou « faïence » par exemple.
Les terres utilisées pour faire de la poterie contiennent des éléments en proportions variables : de la silice (45 à 60 %) de l'alumine (20 à 40 %) du fer (0,5 à 6 %) de la chaux jusqu'à 5 % d'autres composants, dont des composants organiques quand il s'agit d'une terre grise (avant cuisson).

Définitions préalables :

Le feldspath :

c'est un minéral composé de 2, 4 ou 6 molécules de Silice liées à une molécule d'Alumine plus un oxyde de métal alcalin (potassium, sodium, calcium, lithium). Il est destiné à se transformer en argile en libérant ses métaux alcalins.

L'argile :

C'est un silicate d'alumine hydraté produit par la décomposition du feldspath. La composition de l'argile théorique, aussi appellée kaolinite, est 2SiO2 + Al2O3 + 2H2O. Mais on ne trouve pas d'argile pure dans la nature. L'argile la plus pure que l'on puisse trouver est le kaolin.

Le kaolin :

Il n'est pas utilisé pur. Composé principalement, mais pas exclusivement, de kaolinite, il contient toujours un pourcentage très faible de fer.


Définition des différentes terres :

La porcelaine :

vient du terme italien « porcellana » qui signifie nacre.
La pâte est composée de kaolin, de feldspath (fondant, qui donne la transparence) et de quartz (qui sert de liant)(le quartz est de la silice à l'état cristallin). Elle se vitrifie à haute température. Les pièces obtenues sont imperméables et translucides (en faible épaisseur).

Celle que nous utilisons comporte en plus des fondants (par exemple : cendre d'os) pour abaisser sa température de fusion à 1 300 °C, ce qui nous permet de la cuire en même temps que les reste de nos poteries en grès.
Quand elle ne contient pas de fondants, il faut atteindre 1 400°C pour qu'elle se vitrifie complètement.

À noter : la porcelaine tendre n'a de porcelaine que le nom !
Composée d’un mélange de marne calcaire, de silice et de potasse, elle ne contient pas de kaolin. Sa pâte a la blancheur et la transluidité de la véritable porcelaine, mais elle n'en a ni la finesse, ni la dureté : alors que la véritable porcelaine ne se raye pas, la porcelaine tendre est rayée par un couteau.
La porcelaine tendre a été inventée pour imiter les porcelaines venues de Chine. Elle a été fabriquée dès la fin du XVIe siècle à Florence, à la fin du XVIIe siècle en France.

Ce n'est en effet qu'en 1768 qu'on découvre le premier gisement de kaolin en France, près de Limoges. La production de porcelaine tendre est alors abandonnée vu les incovénients nombreux de cette matière.

Les marnes :

utilisation : faïence, terre vernissée.
Les marnes sont un mélange de calcaire (entre 20 et 80 %) et d'argile. Elles comprennent les glaises, ou « terres glaises », et les marnes « grasses ».

Les glaises : Ce sont des marnes très argileuses. Formées d'argiles sédimentaires très impures, elles contiennent des molécules variées : marnes argileuses, hydrocarbures, oxydes de fer, ce qui les rend très fusibles et très plastiques. Ce sont les terres les plus colorées.

Les marnes grasses : Ce sont à l'opposé des marnes très riches en calcaire.

Les terres à grès :

Ces terres contiennent beaucoup plus de silice et d'alumine que les marnes ainsi que moins de fer. Elles contiennent de nombreux autres éléments en quantités variables (MnO, MgO, NA2O, K2O, TiO2...).

Les terres chamottées :

La chamotte est de la terre cuite broyée plus ou moins finement que l'on incorpore à de la terre crue (que ce soit pour faire du grès, du raku...) avant de la travailler. En fonction de la pièce que l'on veut obtenir, on choisit une terre plus ou moins chamottée, avec de grains plus ou moins gros.
Intérêt de la chamotte : elle permet d'améliorer le séchage et de réduire le retrait (qui peut aller jusqu'à 14 % pour le grès), de plus elle permet aux pièces de résister aux chocs thermiques lors du biscuit ou pour les cuissons raku.


Pour toutes ces explications, en image, je vous conseille de visionner l'émission « C'est pas sorcier » sur la poterie.