EXPLICATIONS GÉNÉRALES :

Les différentes terres utilisées    -    Les étapes de la fabrication    -    Les décors
Les émaux    -    Les différents fours    -    Recherches en cours



LES DIFFÉRENTES TERRES UTILISÉES :

Comme nous recherchons la diversité, nous utilisons des terres différentes :

Terre du Cher : surtout pour les pièces "grès brut décoré"
                         terre plus ou moins pyritée : pièces émaillées. (voir photo au paragraphe "les émaux")
Terre de Dordogne : surtout pour les pièces émaillées
Dordogne blanche pour certains émaux et pour le raku

Porcelaine qui se vitrifie à 1300 °C

Terre à faïence : pour quelques bijoux

Certains émaux sortent différemment en fonction de la terre sur laquelle ils sont.
Les terres étant plus ou moins riches en fer, cela peut modifier l'émail. On peut aussi utiliser cette propriété en choisissant une terre pyritée, ce qui entraînera des modifications locales (au niveau des grains de pyrite) de l'émail.
Il faut aussi tenir compte des différences de coefficient de dilatation entre la terre et l'émail. Ils doivent être à peu près les mêmes, si l'écart est trop grand, la pièce casse.


LES ÉTAPES DE LA FABRICATION :

1- Tournage : sur des tours électriques.

2- Tournassage :
le lendemain du tournage, on met en forme le fond de la poterie et on affine la forme du bas de la pièce si c'est nécessaire.

3- cas particulier : pièces "grès brut décoré" uniquement : on grave le décor à la main

4 - séchage : pour toutes les poteries.
C'est une étape qui peut s'avérer délicate, car si le séchage est trop rapide ou non uniforme, cela crée des tensions dans la terre, sources de fissures, de casse, qui parfois ne sont visibles qu'après cuisson(s).

5 - Première cuisson : le biscuit :
les poteries sont cuites à 900 °C. à ce stade, elles sont encore poreuses, ce qui permet à l'émail de tenir dessus (étape suivante).

6- cas particuliers :
6a - grès brut décoré uniquement :
à l'aide d'un pinceau, nous appliquons les oxydes métalliques sur la poterie biscuitée. Il faut bien faire attention à respecter le décor qui est gravé et à ne rien oublier.
6b - pièces émaillées :
on les plonge dans un bain d'émail. Suivant l'émail, qui est plus ou moins fusible (qui coule + ou -), on émaillera la poterie plus ou moins bas afin d'éviter au maximum qu'il se retrouve sur les plaques en fin de cuisson (sinon les poteries sont collées sur les plaques), mais il faut aussi que la poterie soit émaillée jusqu'en bas.
On peut alors réaliser un décor sur émail.

 7 - enfournement :
on remplit le four de manière à ce que les poteries soit le plus près possible les unes des autres, mais sans qu'elles se touchent (sinon elles se colleraient les unes aux autres)

8 - deuxième cuisson :
généralement faite au bois (sauf pour certains émaux comme le rouge de cuivre (four à gaz) ou les émaux à cristaux (four électrique)).
Nous atteignons 1 300 °C pour que la terre se "ferme", c'est-à-dire qu'elle se vitrifie dans la masse. La poterie est alors étanche même sans émail (contrairement à la faïence où c'est l'émail qui fait l'étanchéité, la terre restant poreuse).
Nous contrôlons la température à l'intérieur du four à l'aide d'un pyromètre (qui mesure la température de l'air) et de montres fusibles (qui nous permettent de connaître la température dans la masse) en face desquelles nous avons laissé un regard dans le four pour pouvoir les contrôler pendant la cuisson.

voir des photos illustrant la fabrication

montes fusibles

Sur cette photographie, prise lors d'une cuisson, nous pouvons apercevoir les 3 montres qui nous donnent une information sur la température. La première montre commence à "tomber" à 1250 °C, la deuxième à 1280 °C et la dernière à 1300 °C. Nous arrêtons la cuisson quand la montre 1300 °C "tombe".

(en arrière plan nous apercevons un luminophore émaillé)


LES DÉCORS :

Le décor sous émail :
Nous réalisons beaucoup de pièces "grès brut décoré".
Une fois la pièce tournée et tournassée, quand elle est à la bonne consistance, ni trop molle, ni trop sèche (à la "consistance du cuir"), nous gravons les décors à l'aide d'une grosse aiguille dans la terre crue, à main levée.
Une fois la pièce biscuitée, nous appliquons les oxydes métalliques au pinceau sur les décors précédemment gravés. Le cobalt donnera du bleu ; le chrome, du ver ; le fer, du brun.
Puis nous mettons de la couverte à l'aide d'un pistolet à peinture sur les endroits décorés pour faire ressortir le décor. Alors a lieu la deuxième cuisson.

vase GBD
vase grès brut décoré

Le décor sur émail :
Surtout utilisé sur l'émail à base de cendre de foin (blanc-gris suivant les cuissons).
Une fois la pièce biscuitée, nous la plongeons dans l'émail, puis nous peignons le décor directement dessus, à main levée à l'aide des mêmes oxydes métalliques que ceux utilisés pour le décor sous émail (cobalt, chrome, fer). Puis a lieu la deuxième cuisson.

saladier HB déco      grand plat HB déco
                                    saladier (à noter, le cendrage naturel)                           plat à gratin

LES ÉMAUX :

L'émail est un mélange de roches broyées, de cendres et d'oxydes métalliques en suspension dans l'eau.
Sous l'action de la chaleur, l'émail se transforme, on obtient l'équivalent de la composition d'un "verre", sur la poterie. Une fois la pièce refroidie, elle a son aspect définitif tant au niveau de sa couleur que de son brillant.

Nous fabriquons nous-même nos émaux, aidés par certains livres et sites internet, mais c'est l'expérience et le tâtonnement qui nous permettent d'adapter les recettes aux produits dont nous disposons et aux terres que nous utilisons, afin d'arriver à un résultat satisfaisant.

Nous utilisons beaucoup d'émaux à base de cendres (cendre de foin, de pin, de chêne, de vigne, de lavande) auxquelles il faut, la plupart du temps, ajouter des oxydes métalliques pour donner la couleur ainsi que d'autres composants.

temmoku        émail cendre de pin et cobalt
                                superposition de deux émaux                    pot à bonsaï : émail à base de cendre de pin et cobalt

Émaux à base de néphéline et talc :
cruche néphéline      néphéline-cobalt sur terre pyritée
                                                    et oxyde de fer                    et cobalt, sur terre pyritée


LES DIFFÉRENTS FOURS :

Nous utilisons principalement un four à bois, de type Feller, de contenance un mètre cube environ. Il faut entre 12 et 14 Heures pour atteindre les 1300 °C.
La cuisson au bois permet d'obtenir les aspects flammés des grès bruts et décorés ainsi que de très beaux émaux. L'atmosphère du four à bois est différente de celle du four à gaz, parfois les émaux sortent vraiment différemment s'ils sont cuits dans un four ou l'autre !

Nous avons également un four à gaz de 200 litres. Il nous sert principalement pour les rouges de cuivre. en effet, il nous faut surveiller l'atmosphère du four qui doit rester en réduction (excès de gaz par rapport à l'air). Si nous sommes en oxydation (excès d'air par rapport au gaz), les rouges de cuivre sortent verts (couleur du cuivre oxydé). Parfois, sur une même pièce nous avons des zones rouges et des zones vertes.

Le four électrique nous sert à obtenir (ou plutôt à tenter d'obtenir) des émaux à cristaux.

Les fours à raku : nous avons différents fours à raku pour pouvoir cuire des bijoux ou des pièces plus grosses, faire des démonstrations à l'extérieur.


RECHERCHES EN COURS :

Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux émaux, de nouvelles formes, de nouveaux décors, de nouveaux procédés...

Les émaux à cristaux :
Pour le développement des cristaux, il faut contrôler le refroidissement et faire des paliers à certaines températures.
Tandis que dans un four à bois ou à gaz, une fois les 1300°C atteints, on laisse refroidir l'ensemble de manière naturelle, le four électrique nous permet de programmer la courbe de température montante et descendante.
Pour les émaux à cristaux , la recherche se situe au niveau de la composition des émaux mais également au niveau de ces courbes de température.

Le paper-clay :
Essais de fontaines, sculptures ..., grâce aux propriétés de cette matière.


retour haut de page                         retour à la page de garde